Le Bâtiment

«Il s’agit d’amener le plus grand nombre de gens à la porte du musée [et par extension des lieux de culture] et de leur signifier avant qu’ils ne la franchissent: vous avez raison d’aimer (…)».

Laurent Wolf (2003) 

Pourquoi inscrire le musée à partir d’une maison de type bungalow?

La situation géographique du Musée de la Femme ainsi que le bâtiment qui l’abrite sont empreints d’une quête : celle de l’existence des femmes ! Située entre le public et le privé, entre la rue et l’intimité, la maison de type bungalow symbolise le retour forcé des femmes dans les maisons à l’après-guerre : « La femme retrouve son rôle de reine du foyer. Elle devient une scientifique de la vie domestique qui sait manier la laveuse et la balayeuse1 ».

Premier objet d’exposition du Musée de la Femme, le bungalow s’offre comme un rituel de passage et célèbre l’inventivité émancipatrice des femmes. Dans les bungalows, la révolution dans les maisons s’active : « le bungalow, nos frigos, nos soirées tupperware … ne furent-ils pas d’autres formes de ce refus global qu’on n’en finit plus de citer comme élément fondateur de notre modernité ?2 ».

Cet objet architectural cristallise l’être-ensemble. Il induit dès le premier contact avec le public un changement d’attitude: sanctuaire, lieu de célébration ou de recueillement ? L’architecture future du MF préservera en intégralité le bâtiment actuel : le 2380, boulevard Roland-Therrien (Longueuil) est une part importante de notre héritage bâti.

1Mme Parent (2013) Ode au Bungalow – Entrevue Radio Canada. 2Danielle Pigeon « École du bungalow »,Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 84, 2006, p.19 – p. 16-19.